20/09/2017
L’Union mondiale des anciens élèves des jésuites bâtit un réseau mondial jésuite

featured

« Allez et enflammez le monde entier. » La maxime est bien connue des étudiants des établissements jésuites mais une fois confrontés au monde réel, lorsqu’ils sont diplômés, ceux-ci pourraient se sentir bien seuls face à ces valeurs ignatiennes. Tous les quatre ans, l’Union mondiale des anciens élèves des jésuites (WUJA) rassemble des amis et anciens des jésuites pour un congrès international qui démontre qu’où que nous allions dans le monde, nous ne sommes jamais bien loin d’autres « hommes et femmes pour les autres ».

par Doris Yu

Le Congrès de cette année, le premier organisé en Amérique du Nord, a rassemblé quelque 500 participants issus d’établissements, de paroisses et d’autres œuvres jésuites à la John Carroll University de Cleveland du 28 juin au 2 juillet. Le thème officiel était « Unir nos frontières jésuites ».

001
La John Carroll University de Cleveland, théâtre de ce congrès WUJA 2017.

Les participants étaient venus de 27 pays dont l’Albanie, l’Argentine, l’Australie, le Brésil, le Burundi, la Chine, la Colombie, l’Équateur, la France, la Hongrie, l’Inde, la Lituanie, le Mexique, le Rwanda et le Venezuela.

WUJA a été fondée en 1956 à Bilbao en Espagne pour commémorer le 400e anniversaire de la mort de Saint Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus. L’organisation rassemble des anciens des jésuites afin de former des réseaux internationaux et de réfléchir à des façons de promouvoir la paix et la justice dans un monde global et durable.

002

La délégation de République démocratique du Congo, a invité les participants à s’associer à la célébration de leur indépendance le 30 juin.

Les éditions précédentes ont eu lieu à Rome (1967) ; Versailles, France (1986) ; Sydney, Australie (1997) ; Kolkata, Inde (2003) ; Bujumbura, Burundi (2009) et Medellin, Colombie (2013). Le prochain congrès sera organisé à Barcelone, Espagne, en 2021.

En trois jours, le programme proposait quelque 60 intervenants et une trentaine d’ateliers consacrés à des sujets allant des arts, des affaires, de la médecine et du droit à la spiritualité, au service et au leadership.

003

Un atelier regroupant des anciens travaillant dans les médias. De gauche à droite : Deanna Howes (AJCU), Caitlin Huey-Burns (Real Clear Politics), Andrew Rafferty (NBC News) et le P. Sam Sawyer, SJ (America Media)

« En tant que diplômés ou sympathisants d’institutions d’enseignement jésuite, nous sommes appelés à nous préoccuper du monde avec profondeur, et particulièrement à l’égard de ceux qui sont aux frontières ou aux périphéries », expliquait l’organisation dans un communiqué de presse. « Les participants auront l’opportunité de nouer des contacts internationaux en découvrant, partageant et célébrant cet appel spécifique ».

Événement majeur : le supérieur général des jésuites, le P. Artura Sosa SJ a prononcé un discours et participé à une séance de questions/réponses en direct vidéo depuis Rome. « Nous sommes appelés à adopter une attitude de rencontre, à sortir de notre manière d’agir habituelle, à imaginer des façons de toucher les gens là où ils sont », furent notamment ses paroles.

D’autres orateurs ont été le P. Timothy P. Kesicki SJ, président de la Conférence jésuite du Canada et des États-Unis ; le P. Gregory J. Boyle SJ, fondateur et directeur exécutif de Homeboy Industries à Los Angeles ; le P. James Martin SJ, auteur et rédacteur en chef de America magazine ; Chris Lowney, actuel président du conseil des Catholic Health Initiatives ; Katherine Marshall, membre émérite du Berkley Center for Religion, Peace, and World Affairs à l’Université Georgetown, et le P. Peter Balleis SJ, directeur du projet Jesuit Worldwide Learning, qui dispense un enseignement permettant aux jeunes dans des camps de réfugiés d’obtenir des certificats et des diplômes.

004
L’un des orateurs : le père jésuite Greg Boyle, fondateur et directeur exécutif des Homeboy Industries

Un forum des projets jésuites permettait de découvrir des organisations telles que le Service jésuite des réfugiés (JRS), les éditions Loyola Press et l’Ignatian Solidarity Network. Le programme prévoyait des offices quotidiens dans la paroisse du Gesu, attenante au campus, ainsi que des séances de méditation non confessionnelle et des prières matinales.

005

La délégation de la République démocratique du Congo a remis son drapeau aux participants pour célébrer le jour anniversaire de l’indépendance de la RDC.

Chris Lowney, auteur de l’ouvrage Heroic Leadership: Best Practices from a 450-Year-Old Company that Changed the World, a invité le public à chercher des exemples de bons leaders, avant d’inverser complètement le questionnement. « Souvent, si nous songeons à de bons leaders, nous pensons à des personnages célèbres », a expliqué Chris Lowney. « Cependant, nous devrions penser à des personnes ordinaires comme vous et moi. »

Après chaque intervenant ou atelier, des sessions de réflexion et de discernement en anglais, espagnol et français étaient organisées deux fois par jour pour permettre des échanges.

006

Des séances de réflexion et de discernement ont permis aux participants de WUJA d’échanger des idées découlant des différents ateliers.

« WUJA me fait vraiment penser à la doctrine de la famille ignatienne et à la façon de concevoir les problématiques de justice sociale et d’aider les gens à apprendre », confie Faith Harris, étudiant à la Wheeling Jesuit University en Virginie occidentale.

Les participants ont apprécié de partager du temps ensemble lors des différents événements, notamment un diner réunissant plusieurs food trucks locaux, une soirée au Rock and Roll Hall of Fame, un match de baseball de la minor league et une soirée avec le Cleveland BlueWater Chamber Orchestra et le Cleveland Chamber Choir.

007

Des participants de la Wheeling Jesuit University rencontrent le président du conseil nigérian des énergies renouvelables.

« Étant toujours dans mon premier cycle, je suis impressionnée de voir que les diplômés gardent le même enthousiasme que moi par rapport à leur éducation jésuite », témoigne Lauren Dickerson, étudiante à la Wheeling Jesuit University. « Vu mon jeune âge, il est très intéressant pour moi de voir comment ces nombreuses personnes ont déjà vécu leur spiritualité jésuite tout au long de leur carrière, afin de m’en inspirer ».

Publication originale : jesuits.org (13 juillet 2017)