25/10/2017
Discours d’Alain Deneef au Congrès de l’OMAEC

logo.png.jpg

XVe congrès de l’OMAEC (Organisation mondiale des Anciens et Anciennes Élèves de l’Enseignement Catholique)
Rome
23 octobre 2017

 

Cher président,

Chers membres de l’assemblée générale,

Je vous remercie pour l’occasion que vous me donnez de vous dire quelques mots. Comme nous le savons tous, l’OMAEC est une structure bidimensionnelle et consiste en des ressorts géographiques à côté de réseaux congréganistes.

Curieusement, un des plus connus parmi ces réseaux congréganistes était absent de cette organisation depuis tout un temps. L’Union mondiale des anciens élèves des jésuites (que nous abrégeons affectueusement en WUJA pour World Union of Jesuit Alumni) s’est en fait retiré de l’OMAEC, il y a longtemps en 2002. C’était avant que je rejoigne le Conseil de WUJA.

A l’époque, plusieurs facteurs ont joué un rôle. Au-delà des inévitables querelles de personnes, toutes disparues aujourd’hui, WUJA considérait deux questions. L’OMAEC était-elle suffisamment représentative au niveau mondial ? Et l’OMAEC était-elle suffisamment autonome par rapport au Vatican ?

15 ans se sont écoulés depuis…

L’an passé, dans cette même cité de Rome, nous reçûmes des réponses satisfaisantes à ces deux questions. D’abord, il est à présent clair quand nous regardons une carte de son implantation dans le monde que l’OMAEC est devenue beaucoup plus que la réalité européenne qu’elle a pu être pendant de longues années. Pour nous, c’était une nouvelle importante, si l’on songe que WUJA est un corps dans lequel au moins quatre continents ou sous-continents sont des places fortes de notre mouvement. A côté de l’Europe, nous avons des bataillons d’anciens élèves en Amérique du nord et latine, mais aussi de plus en plus en Inde, sans oublier une moindre mais néanmoins réelle présence dans le restant de l’Asie et en Afrique.

Nous sommes heureux de voir que c’est aujourd’hui aussi le cas de l’OMAEC.

Ensuite sur la question de l’autonomie, WUJA a eu et a toujours une bonne raison de souhaiter une plus grande liberté vis-à-vis du Vatican. Non pas que nous ne serions plus principalement une organisation catholique, mais le fait est que nous avons dans nos écoles, collèges et universités, à côté de catholiques, toute la variété des églises chrétiennes, mais aussi des hindous et des musulmans, sans parler des agnostiques, athées et indifférents, spécialement dans notre Europe sécularisée. La simple possibilité de recevoir des ‘instructions’ nous semblait assez problématique.

Nous comprenons que l’OMAEC, tout en maintenant des liens forts avec le Saint-Siège, ce qui nous réjouit, peut se prévaloir à l’heure actuelle d’une certaine distance par rapport à lui.

Ces deux sujets de préoccupation étant levés, nous sommes heureux d’annoncer que le Conseil de l’Union mondiale des anciens élèves des jésuites a décidé de réintégrer la structure de l’OMAEC et de participer à ses futures activités dans la mesure de ses possibilités.

Merci de nous accueillir à nouveau. Et, espérons-le, ad multos annos cette fois !

 

Alain Deneef
Président
Union mondiale des anciens élèves des jésuites

IMG_9061

Anciens élèves des jésuites, délégués de l’OMAEC :
De gauche à droite, deuxième rangée : Domenico Bosi (Italie), Joe Brincat (Malte), Stephen Gatt (Malte), Alain Deneef (Belgique), Father Edward Fassett sj (Secrétaire du Père Général pour la collaboration avec les autres – USA), Félix Mbete (Tchad), Giuseppe Mariano (Italie), Fabio Croccolo (Italie), Eric de Langsdorff (France). De gauche à droite, première rangée : Nagy El Khoury (Liban), Laurent Grégoire (France), Elias Matte (Liban), Remy Blondet (France), Marco Anguissola (Italie)

 

A propos de l'auteur