14/02/2018
… le fruit de la guerre

Capture plein écran 14-02-18 151008.bmp

À l’occasion de la présentation annuelle de ses vœux, Sa Sainteté le pape François a envoyé aux différents organes de la presse et de la diplomatie une carte qui se distingue tant par sa simplicité que par le choc qu’elle suscite en la voyant.

Illustrée d’un enfant japonais portant la dépouille de son jeune frère sur le dos au lendemain du terrible drame atomique qui a secoué par deux fois son pays, cette carte, intitulée sobrement « … le fruit de la guerre » et signée à la plume d’un modeste « Franciscus », fait suite aux nombreuses mises en garde du Saint-Père au sujet de l’arme atomique, responsable de tant de victimes innocentes. A l’heure où les tensions à ce sujet augmentent à l’échelle globale, le pape François tient à rappeler de façon brutale mais sage que l’utilisation des armes n’est jamais une bonne solution, rappelant que la paix doit être notre quête de chaque instant, notamment dans le cadre des grandes migrations actuelles depuis l’Afrique et le Proche-Orient à destination de l’Europe et qui défraient nos chroniques depuis de nombreux mois.


« … le fruit de la guerre » – François (Un enfant d’une dizaine d’années porte son petit frère mort dans son dos en attendant sa crémation. Photo prise par le photographe américain Joseph Roger O’Donnell après le bombardement atomique à Nagasaki. La tristesse de l’enfant se lit sur ses lèvres fermées et recouvertes de sang.

 

Forte et poignante est cette carte de vœux envoyée par le pape François en ce début d’année 2018. Et les mots pour la signer le sont tout autant ! Une façon pour le pape de rappeler son horreur pour la guerre et les conséquences désastreuses qu’elle peut avoir, le plus souvent pour les plus faibles, pour les plus innocents, pour ceux qui ne l’ont ni voulue ni causée. En reprenant ce cliché de 1945, le pape définit clairement sa position vis-à-vis d’un débat sur le nucléaire qui a tenu en haleine l’année 2017 et qui est loin d’être clos. Il avait d’ailleurs ouvertement salué l’année dernière la remise du prix Nobel de la paix à la coalition mondiale ICAN (International Campaign to Abolish the Nuclear weapons – Campagne Internationale pour Abolir les armes Nucléaires), destinée à lutter contre la prolifération des armes atomiques. « S’engager pour la protection de la dignité de toutes les personnes, en particulier des plus faibles et défavorisées, signifie travailler avec détermination pour construire un monde sans armes nucléaires », avait-il alors déclaré. A l’heure où les tensions montent toujours plus entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, le souverain pontife souhaite rappeler, sans ambages, les désastres qu’une telle démonstration de force a déjà engendrés par le passé.

À l’occasion de l’Angélus, il a invité les fidèles rassemblés sur la place Saint-Pierre de la Cité du Vatican à prier pour un avenir de paix, y compris et en particulier « pour les plus de 250 millions de migrants dans le monde, dont 22 millions et demi sont des réfugiés, lesquels sont avant tout des hommes et des femmes, des enfants, des jeunes et des personnes âgées qui cherchent un endroit où vivre en paix » ; autre grande cause globale qui lui est chère et qui anime nos sociétés depuis plusieurs années maintenant. « Je vous souhaite une année de sérénité et de paix, illuminée par la constante bénédiction de Dieu. » A l’occasion de la Journée mondiale de la Paix – qui tombe depuis 50 ans déjà le jour de l’An – l’évêque de Rome a encouragé les « multiples initiatives de prière et d’action (…), spécialement dans les périphéries des villes, pour favoriser la coexistence pacifique », organisées à cette occasion, particulièrement la Marche nationale qui a pris lieu à Sotto il Monte et promue par la CEI, Caritas Italiana, Pax Christi et l’Action Catholique, ainsi que la manifestation « Pace in tutte le terre », promue urbi et orbi par la communauté Sant’Egidio.

Enfin, il a terminé sur une note positive d’espoir et de paix, sous la protection maternelle de la Vierge Marie, en ponctuant par son traditionnel « bon déjeuner et n’oubliez pas de prier pour moi ! »