25/03/2018
Georgetown : 2e Conférence internationale du réseau jésuite

Imprimir

Ce n’est pas la première fois que le Réseau Jésuite rassemblait les principaux réseaux internationaux de la Compagnie de Jésus. Nous l’avions déjà fait en 2012 au Boston College, inspirés par la 35ème Congrégation générale, et nous l’avons réitéré, cinq ans plus tard, pour mettre à jour nos réflexions sur les réseaux après la dernière Congrégation générale dans laquelle le réseautage avait été identifié comme une des clés d’un nouveau processus.

image-1

Cette dernière conférence s’est tenue à l’école d’affaires de l’Université de Georgetown (Washington, D.C.). Trente-cinq particuliers issus du milieu académique, des instances de gouvernement jésuites, mais aussi des représentants des différents réseaux internationaux jésuites se sont ainsi retrouvés pendant deux jours intenses pour se pencher sur les réseaux de culture, de stratégie et de gouvernance. Bien que nous soyons toujours en train de travailler sur le document final, nous ne résistons pas à vous transmettre certaines de nos principales réflexions :

  1. Curieusement, la première conviction est que c’est notre mission, et non les structures, qui polarise nos débats. Les réseaux sont une réponse structurelle à une mission renouvelée qui a besoin de structures, processus et stratégies pour se développer. Il y a une tension créatrice, entre le niveau provincial et les structures, qui va au-delà de notre structure habituelle, nous ouvrant à de nouvelles dynamiques apostoliques guidées davantage par les causes et les challenges que par les structures géographiques et fonctionnelles.
  2. Nos débats ont montré que nous avions besoin de travailler toujours plus sur un message global expliquant la mission commune favorisant collaboration et réseaux, bien qu’il soit aussi de plus en plus clair qu’il n’y ait pas qu’un seul modèle de réseautage, puisque la structure des réseaux dépend des causes, des objectifs, des ressources, des acteurs, des contextes et des cultures locales impliquées.
  3. En ce sens, le réseautage est une réponse à un corps apostolique de plus en plus diversifié et complexe, pour lequel, dans notre quête d’une mission de plus en plus universelle, nous devons être attentifs aux différences culturelles ainsi qu’à l’importance de l’adaptation aux réalités locales. Les réseaux sont des structures qui reconnaissent et acceptent la diversité tout en favorisant l’inclusion, un sens d’appartenance et l’identité partagée.
  4. Par ailleurs, il est clairement évident que les réseaux nous aident à être plus ouverts au neuf, au différent, à l’inconnu. Le dynamisme du réseau en fait une place d’innovation et de créativité qui nous permet de compenser notre tradition et sens des affaires avec un nécessaire esprit entrepreneurial. Les réseaux nous permettent de rassembler des communautés et des groupes d’institutions en quête de nouvelles approches apostoliques qui lancent un défi à et modifient la Compagnie de Jésus.
  5. Le réseautage requiert une écoute et une délibération partagées. Les réseaux sont de plus en plus perçus comme des structures qui facilitent un discernement commun qui nous permet d’être attentif, d’écouter, et en même temps d’apprendre, de pénétrer et de révéler les dynamiques de participation et d’engagement direct entre les institutions et les gens envers la mission partagée.
  6. C’est pourquoi les réseaux peuvent désormais avoir une dimension prophétique intéressante, depuis qu’ils nous permettent de revitaliser ce qui existe, à travers ce que notre corps apostolique peut devenir si nous laissons les dynamiques de notre mission nous transformer. Les réseaux nous changent, nous lancent un défi, nous interpellent et nous suggèrent de nouvelles possibilités qui ne sont pas atteignables par nos structures isolées actuelles. Les réseaux élèvent la variable des possibilités d’un travail commun comme un critère important à considérer au sein de notre actuel discernement de préférences apostoliques universelles.
  7. Finalement, le grand challenge est la manière d’accompagner et aligner ce réveil progressif d’un réseau international. Il y a de nombreux points de connexion avec le gouvernement de la Compagnie de Jésus à un niveau global qui ont encore besoin d’être éclaircis, mais nous commençons à comprendre le besoin d’un lien formel à travers lequel la mission est confiée, ainsi que d’un nouveau leadership ayant pour but la persuasion, l’animation et la promotion des réseaux. Il est évident que les dynamiques de réseaux requièrent une compréhension et un leadership spécifiques pour être au service de la Mission, particulièrement si nous avons à cœur d’en faire un processus stratégique qui s’ajoute au dynamisme actuel de discernement et restructurant que nous sommes en train d’entreprendre au sein de la Compagnie.

image-2

Pour le moment, nous avons identifié jusqu’à 52 réseaux liés à la mission de la Compagnie de Jésus et pendant la conférence nous avons multiplié les tentatives pour visualiser et classifier ce nouveau niveau de structure apostolique qui ne sied pas toujours ou ne peut se mettre en relation avec notre structure hiérarchique classique. Dans les prochaines semaines, nous publierons les résultats de la conférence ainsi que les produits variés préparés pour ce faire, ce qui nous aidera sans aucun doute à nourrir une approche ouverte et plus large que celle qui a prévalu récemment à Washington, D.C.

Le processus de préparation, de dialogue et de construction conjointe a constitué une belle expérience de réseautage. Le groupe des personnes présentes, dont la majorité d’entre elles a déjà pris part pendant des années à l’initiative de Jesuitnetworking.org, est devenu une sorte de « réseau des réseaux », étudiant et stimulant la réflexion du réseautage jésuite, convaincues que les réseaux sont un outil important pour porter notre mission dans un contexte complexe et incertain, et qu’ils peuvent être une des clés pour travailler ensemble au sein d’un corps plural et divers qui cherche à discerner et être un instrument d’une mission commune.

Source : jesuitnetworking.org

 

A propos de l'auteur