11/04/2020
Le lieutenant-gouverneur Cyrus Habib s’appellera « bientôt » Cyrus Habib, sj

Cyrus Habib - photo carrée

L’histoire d’un homme qui abandonne la politique pour entrer chez les Jésuites

Après 8 ans en politique, Cyrus Habib, lieutenant-gouverneur de l’État de Washington, annonce qu’il ne se représente pas pour rejoindre l’ordre religieux jésuite. Le « plus haut responsable irano-américain élu », ayant perdu la vue à l’âge de 8 ans à cause d’une forme rare de cancer infantile, qui a reçu sa dernière récompense de la JFK Library Foundation il y a tout juste deux mois, a ressenti un « appel à consacrer ma vie d’une manière plus directe et personnelle au service des marginaux, à l’autonomisation des vulnérables et à la guérison de ceux qui souffrent de blessures spirituelles », écrit-il dans America Magazine. Pourquoi un tel revirement ? Pourquoi a-t-il décidé de tout abandonner, de sa carrière juridique et politique, pour rejoindre la prêtrise ? Comment cet érudit bardé de diplômes de Columbia, Yale, Oxford en est-il venu à vouloir suivre un « processus de 10 à 12 ans » d’études ? Essayons de le comprendre plus en détail.

 

Né le 22 août 1981 (38 ans) dans un quartier résidentiel de Baltimore, dans le comté de Baltimore (non loin de l’Université Loyola Maryland – une coïncidence ?), de parents ayant précédemment immigré aux États-Unis en provenance d’Iran, Cyrus Habib, trois fois guéri du cancer, est un homme politique, avocat et éducateur américain, et est le 16e lieutenant-gouverneur de l’État de Washington.

Ses parents, Mo Habib et Susan Amini, tous deux originaires de Téhéran, ont fui l’Iran en 1979 après le renversement de la dynastie Pahlavi – une monarchie pro-occidentale – et son passage à une république anti-occidentale dirigée par l’ayatollah Ruhollah Khomeini. Ils sont venus en Amérique, où Mo a étudié à l’université de Washington et obtenu un diplôme d’ingénieur avant d’entamer une carrière chez Boeing, tandis que Susan a étudié le droit dans le Maryland et est aujourd’hui juge à la Cour supérieure du comté de King[1].

Cyrus Habib est ému en pensant à ses parents: « Mes parents – parce que je suis devenu aveugle très tôt et que j’ai lutté contre le cancer et tout le reste – étaient dans une position intéressante. La décision qu’ils ont prise, et ils me l’ont dit bien plus tard, était : « nous n’allons pas laisser notre peur devenir ta peur » (…) Ils ne m’ont jamais poussé. Mais ils m’ont donné la conviction que tout ce que les autres enfants pouvaient faire, je pouvais le faire. Donc, si quelqu’un dit : « Non, tu ne peux pas faire ça », je dis : « Je veux prouver que je peux le faire ». Diagnostiqué pour la première fois à l’âge de 4 mois avec un rétinoblastome, Habib a passé la majeure partie de son enfance à combattre le cancer, pour finalement le vaincre à l’âge de 8 ans, devenant complètement aveugle[2], comme une cicatrice incurable lui rappelant le prix à payer pour la plus belle de ses victoires. Comme un long voyage en quête d’une nouvelle vie, sa famille a déménagé peu après à Bellevue, dans l’État de Washington, où Cyrus a obtenu son diplôme de l’école internationale de Bellevue – où il a appris à parler français – en 1999.

Cyrus Habib President Senate WA

Le lieutenant-gouverneur Cyrus Habib fut également Président du Sénat de l’État de Washington

Lorsqu’il s’est agi de faire des classes d’enseignement supérieur, Cyrus s’est avéré plus que brillant. Tout d’abord, en 2003, il a obtenu sa licence avec la plus grande distinction à l’université de Columbia, avec une double spécialisation en littérature anglaise et comparée et en études moyen-orientales. Pendant cette période de sa vie passée entre Bellevue et New York, où se trouve l’université, il a travaillé pour les bureaux de la sénatrice américaine de l’État de Washington Maria Cantwell et de la sénatrice américaine de l’État de New York Hillary Clinton, toutes deux démocrates. En 2002, il a été nommé boursier Truman puis Rhodes. Dans le même temps, il a également conçu une application informatique pour aider les aveugles, qui convertit le texte en parole ; il est ceinture noire de karatéka et sensei ; il est moniteur de ski alpin et photographe publié.

Puis, à l’âge de 22 ans, il abandonne tout ce qu’il avait construit au pays de l’Oncle Sam (encore ?) et, grâce à la bourse Rhodes, il s’envole à l’étranger pour aller à Oxford, au Royaume-Uni, où il obtient un Master ès lettres en littérature anglaise postcoloniale au St. John’s College, pour lequel il rédige sa thèse sur le romancier américain Ralph Waldo Ellison et l’essayiste indo-britannique Salman Rushdie. C’est là qu’il se convertit au catholicisme, à l’âge de 25 ans, après avoir rencontré Timothy Radcliffe, O.P., et les autres Dominicains à Blackfriars Hall. La même année, en 2007, il est nommé Soros Fellow puis revient en Amérique.

Blackfriars Hall Oxford

Blackfriars Hall – Université d’Oxford, où Cyrus Habib s’est converti au catholicisme

De 2007 à 2009, Cyrus Habib a suivi les études de juris doctor à la Yale Law School, où il a été rédacteur en chef de la Yale Law Review. Alors qu’il était étudiant en droit, il a plaidé pour la refonte de la monnaie américaine afin de permettre aux aveugles de distinguer les caractères, en faisant valoir que « l’argent est essentiel à la participation d’une personne à la société. Son accessibilité aux personnes aveugles devrait être considérée comme aussi importante que celle des rampes pour fauteuils roulants ou du braille dans les ascenseurs ». Dès sa sortie de l’université de New Haven, CT, il a traversé tout le pays pour revenir à Seattle où il a travaillé comme avocat pour le plus grand cabinet de l’État de Washington, Perkins Coie, de 2009 à 2017. Chez Perkins Coie, Cyrus Habib est considéré comme « le contact clé pour les intérêts civiques, divers, culturels et philanthropiques et la direction des bureaux de Seattle et de Bellevue du cabinet ». Nommé « personne-phare » et l’une des « personnes les plus influentes de 2013 » par le magazine Seattle, Cyrus renforce les engagements communautaires et les liens de l’entreprise dans tout le Nord-Ouest du Pacifique. Son objectif est d’obtenir une participation et un leadership à 100 % des avocats dans les diverses organisations professionnelles, publiques et privées de Seattle.

À partir de 2013, il est professeur et éminent juriste résident à la faculté de droit de l’université de Seattle.

Deux ans après avoir débuté chez Perkins Coie, Cyrus s’est trouvé un nouveau champ de bataille : la politique. En 2012, il remporte un siège à la Chambre des représentants de Washington, avec 61 % des voix, où il représente le district législatif où il a grandi : le 48e. Là, il a été choisi par ses pairs pour occuper le poste de vice-président de la commission de la Chambre des représentants sur la technologie et le développement économique. Deux ans plus tard, en 2014, Cyrus Habib a été élu au Sénat de l’État de Washington avec 65 % des voix, où il a été, immédiatement après sa victoire, élu whip démocrate du Sénat. La même année, Habib a été nommé l’une des « 40 étoiles montantes de la politique des moins de 40 ans » par le Washington Post et l’un des « 12 législateurs d’État à surveiller » par le magazine Governing. L’année précédente, Seattle l’avait également désigné comme l’une des « personnes les plus influentes de la région métropolitaine de Seattle ».

Cyrus Habib prestation serment Lt Governor WA

Cyrus Habib prête serment comme 16e Lieutenant-Gouverneur de l’État de Washington

En 2016, Habib se présente pour devenir le 16e lieutenant-gouverneur de l’État de Washington, défiant à la primaire démocrate le titulaire à ce poste Brad Owen, en lutte depuis vingt ans. Il a ensuite battu le républicain Marty McClendon avec une marge de neuf points lors des élections générales de novembre. Le président des Etats-Unis de l’époque, Barack Obama, a publiquement soutenu sa campagne, en enregistrant des robocalls qui encouragent les électeurs à voter pour lui. Pendant cette période, il est même devenu président du Sénat de l’État de Washington.

Depuis sa conversion au catholicisme à Oxford, au Royaume-Uni, Cyrus Habib va à la messe à la cathédrale St. James de Seattle, ce qui a été d’un grand secours pour lui lorsque son père a été diagnostiqué d’un cancer, en 2016 : « J’ai moi-même ressenti cette consolation à chaque fois que je parle avec mon modèle, le révérend Mike Ryan, le pasteur de la cathédrale St. James de Seattle. » Grâce au révérend Mike Ryan, Habib a découvert les jésuites à travers le livre de James Martin, sj, « The Jesuit Guide to (Almost) Everything », qui l’a initié au charisme jésuite de manière plus approfondie.

L’année dernière, il a décidé d’escalader le pic Uhuru, au sommet du Mont Kilimandjaro, en Tanzanie, pour lancer la collecte de fonds de « Boundless Washington », un nouveau programme de leadership en plein air pour les jeunes handicapés.

Cyrus Habib Kilimandjaro

Lieutenant-Gouverneur Cyrus Habib et Kristina Brown, directrice exécutive de son cabinet (à gauche) au sommet du Kilimandjaro

Dans le même texte qu’il a écrit il y a quinze jours, dans lequel il explique, par le biais d’America Magazine, pourquoi il ne se représentera pas comme lieutenant-gouverneur en novembre, on peut lire le témoignage suivant : « Je me suis senti appelé à une vocation différente, bien qu’elle soit également orientée vers le service et la justice sociale. J’ai ressenti un appel à consacrer ma vie d’une manière plus directe et plus personnelle au service des marginaux, à l’autonomisation des personnes vulnérables, à la guérison de ceux qui souffrent de blessures spirituelles et à l’accompagnement de ceux qui discernent leur propre avenir. Pour moi, cela est enraciné dans ma foi dans l’Évangile du Christ. Mais mon désir de rencontrer quelque chose de plus grand que moi en marchant avec les pauvres et les abandonnés de ce monde sera familier à ceux de nombreuses traditions spirituelles différentes. J’en suis venu à croire que la meilleure façon d’approfondir mon engagement en faveur de la justice sociale est de réduire la complexité de ma propre vie et de la consacrer au service des autres ».

Cyrus Habib and Jesuits

Cyrus Habib rencontre des supérieurs de la Compagnie de Jésus dans son bureau à Olympia

Bien que Habib ait voulu être jésuite depuis 2019, la Compagnie de Jésus a accepté de reporter son entrée à l’automne 2020, lorsque son mandat de lieutenant-gouverneur sera terminé.

Et même si les chances deviennent déjà folles de savoir qui va monter sur le ring pour lui succéder, maintenant que Cyrus Habib s’incline pour porter l’habit, ce dernier ne semble plus faire attention au panier de crabes : « Cette décision fait suite à deux années de discernement prudent et priant (…) mais comme ce processus a été presque entièrement privé, je me rends compte que cela va surprendre mes électeurs et mes partisans ». Nous pensons que Cyrus Habib se prépare à cela et nous sommes sûrs que ses connaissances, son expérience et sa sagesse seront précieuses pour sa nouvelle vie de prêtre jésuite. Mais il lui faudra encore au moins dix ans – pour commencer en novembre avec une paire d’années à Los Angeles – d’apprentissage auprès de la Compagnie de Jésus avant de pouvoir être appelé « Cyrus Habib, sj ».

 

[1] Le comté de King est la circonscription judiciaire et électorale qui comprenait Seattle, WA. Ce comté comprend – entre autres – le 48e district législatif de Washington où Cyrus a été élu représentant à la Chambre d’État en 2012.

[2] Il a perdu son premier œil à l’âge de 2 ans et a passé une grande partie de son enfance à subir des procédures médicales douloureuses ainsi qu’une chimiothérapie éreintante, avant de perdre son deuxième œil à l’âge de 8 ans et de devenir complètement aveugle.