08/06/2020
L’école jésuite qui sert une large communauté musulmane à Bruxelles

H150

Melissa Vida, jeune journaliste indépendante rédigeant régulièrement pour le site jésuite d’informations “America Magazine”, fait parler outre-Atlantique de la nouvelle école belge que les Jésuites ont fondé dans un quartier de la capitale, Bruxelles, jugé par certains comme “difficile”.

A Cureghem/Kuregem, quartier le plus pauvre d’Anderlecht (une des 19 communes qui composent la capitale belge), où le chômage atteint des records jusqu’à plus de 30%, le Collège jésuite Matteo Ricci tente d’apporter une réponse positive en accueillant 60% de ses élèves issus de la minorité musulmane, mais aussi d’autres venus des communautés hispaniques, subsahariennes d’Afrique et est-européennes. Ce mélange d’identités multiples, pour lequel le nouvel établissement jésuite se donne pour vocation d’en faire la nouvelle élite responsable de demain au service de ces quartiers compliqués mais pourtant humainement si riches, est un véritable message d’espoir à l’heure où les problématiques relatives au déclin général des niveaux d’enseignement semblent phagocyter les initiatives de bonne volonté. Le Collège Matteo Ricci est certes le dernier né de l’univers des établissements jésuites dans le monde, mais on est loin d’avoir fini d’en entendre parler. A coup sûr un nouveau foyer d’anciens qui rejoindront WUJA d’ici 4 ans !

84702803_816204738882240_6680079673327616000_n
Les étudiants de l’école secondaire en classe en septembre au Collège Matteo Ricci de Bruxelles. (Droits d’image Collège Matteo Ricci)

À la cloche de 8 heures, de la musique rap francophone retentit dans les haut-parleurs au-dessus de la cour de récréation d’une nouvelle école jésuite à Bruxelles. Ses élèves, âgés de 12 ans et plus, ramassent leurs sacs, se mélangent et se dirigent vers leurs salles de classe. C’est le début d’une nouvelle journée scolaire.

L’école Matteo Ricci a ouvert ses portes en septembre 2019 au cœur d’un des quartiers les plus densément peuplés et les plus pauvres de Bruxelles, où vivent des familles qui ont migré vers la capitale européenne en provenance du monde entier. La plupart des élèves de l’école sont d’origine arabe, tandis que d’autres sont d’Afrique subsaharienne et, bien sûr, d’origine et de descendance européenne.

En Europe, où les écoles jésuites accueillent traditionnellement des élèves issus de familles à revenus moyens ou élevés, l’école Matteo Ricci, située entre un refuge pour sans-abris et de grandes avenues menant à une gare très fréquentée, crée un précédent.

Pour Alain Deneef, qui a lancé le projet et est devenu plus tard l’un des membres du conseil d’administration de l’école, Matteo Ricci représente un projet pilote qui pourrait être imité ailleurs en Europe.

« À part quelques écoles en Espagne, je ne pense pas qu’il y en ait beaucoup d’autres comme nous, mais il y en aura d’autres, et c’est pourquoi tout le monde regarde ce que nous faisons », a-t-il déclaré à America. Un prêt bancaire a permis d’ouvrir l’école, mais elle a également reçu des fonds du gouvernement belge, de la Compagnie de Jésus et de donateurs privés.

Les écoles jésuites destinées aux communautés défavorisées et à faible revenu, comme celles reliées par le réseau Cristo Rey, ont pour la plupart prospéré aux États-Unis.

Les jésuites de Belgique voulaient lancer une nouvelle école qui atteindrait les communautés moins aisées, mais ils étaient également très intéressés par la possibilité de se connecter avec « des personnes d’origines culturelles et religieuses différentes », a déclaré M. Deneef. La majorité des élèves ici à Matteo Ricci sont musulmans.

« Si je dois résumer, nous voulons éduquer les futures élites dirigeantes des communautés musulmanes de Bruxelles », a-t-il déclaré, notant que la ville et la nation auront besoin de leur leadership et de leurs contributions à l’avenir.

Les quartiers de Bruxelles où les boucheries halal, les bureaux de transfert de fonds de la Western Union et la langue arabe sont répandus ont été envahis par les médias au lendemain des attentats terroristes de Paris en 2015. C’est au sein de ces communautés marginalisées que sont apparus les éléments du réseau terroriste qui a lancé les attentats de 2015. Certaines écoles de ces quartiers du nord-ouest de Bruxelles – souvent surnommées le « croissant pauvre » de Bruxelles – ont été qualifiées de façon péjorative d’ « écoles poubelles » en raison de leur niveau élevé de violence, de leur taux d’abandon scolaire et de leurs enseignants débordés.

Collège Matteo Ricci Bruxelles

Selon certaines estimations, plus de 30 % des jeunes des quartiers du « croissant pauvre » sont sans emploi. M. Deneef reconnaît que « les bonnes écoles ne sont pas dans ces quartiers », mais il veut changer tout cela.

En septembre dernier, les élèves de 42 écoles différentes ont convergé vers Matteo Ricci. Redouane Nadja, l’un des deux administrateurs de Matteo Ricci, se réjouit de voir comment certains jeunes commencent à faire confiance au personnel après avoir subi auparavant « des systèmes éducatifs qui les ont brisés ». Les préjugés fondés sur le quartier, la religion ou le pays d’origine de l’enfant jouent un rôle important dans la démotivation des étudiants, a-t-il déclaré.

« Nous devons briser l’image selon laquelle si vous venez d’une famille d’immigrés, vous n’êtes bons à rien », a déclaré M. Nadja. Grâce à sa connaissance approfondie de l’argot urbain local et des derniers compte-rendu des artistes pop d’Instagram, M. Nadja est une figure d’autorité à laquelle les jeunes Bruxellois de Matteo Ricci peuvent s’identifier. « Je dis aux jeunes que je rencontre d’être fiers de leurs origines et de travailler dur ».

M. Nadja a appris l’ouverture imminente de Matteo Ricci lorsqu’il a vu la bannière de l’école alors qu’il était assis dans le café de son cousin, de l’autre côté du boulevard. Il a décidé de postuler pour travailler à l’école. Il est l’un des trois membres du personnel de l’école qui sont d’origine immigrée sur les 30 enseignants et administrateurs. Environ trois quarts des élèves ne sont pas Blancs.

Anne L’Olivier, la directrice de l’école, et M. Deneef affirment que les candidats d’origine arabe et africaine possédant les compétences requises pour travailler dans la nouvelle école étaient difficiles à trouver, ce qui explique en partie le lancement de Matteo Ricci. « C’est justement le problème », a déclaré M. Deneef. Il y a peu de professionnels et d’éducateurs d’origine immigrée dans la population active belge, surtout si on les compare au nombre de personnes qu’ils représentent.

Lorsqu’il a posé sa candidature, M. Nadja a estimé qu’une école catholique offrait un avantage certain en tant que lieu d’apprentissage en Belgique, un pays plus à l’aise de nos jours avec les expressions culturelles de laïcité plutôt que de foi. « Certaines écoles veulent cacher la religion », a-t-il déclaré.

Mme L’Olivier a déclaré que la nature catholique de l’école était en fait un attrait pour les parents musulmans. Beaucoup de parents musulmans sont venus ici en disant : « Je sais que c’est une éducation de qualité et qu’ici nous pouvons parler de Dieu », a déclaré Mme L’Olivier à America.

Faire face aux différentes religions au sein du personnel et dans les salles de classe est un défi que Laurent Salmon-Legagneur sj, un scolastique jésuite travaillant à l’école, a volontiers relevé. En décembre dernier, il a organisé une fête de Noël et a demandé à M. Nadja de l’aider.

Lors de la fête de Noël, les adolescents ont écrit ce que les mots « paix » et « espoir » signifiaient pour eux sur des morceaux de papier et les ont accrochés à un arbre. Ensuite, deux prières ont été prononcées par ceux qui le souhaitaient : le Notre Père suivi de la première sourate du Coran.

« Frère Laurent est venu me demander si la sourate du Coran qu’il avait choisie était appropriée pour la célébration », a dit M. Nadja, les yeux s’illuminant. « Il a pensé aux étudiants d’autres confessions religieuses, sans que moi ou les étudiants n’ayons jamais rien demandé. » Pour M. Nadja, c’était la preuve de l’engagement de Matteo Ricci en faveur de l’inclusion. « C’était un moment de communion, c’était merveilleux », a-t-il déclaré en parlant de la réunion de Noël. Il n’avait jamais vu aucune autre école en Belgique faire quelque chose de semblable.

Le conseil d’administration de l’école a décidé de traiter les conflits potentiels autour de la religion et de la culture au fur et à mesure qu’ils se présentent, et s’ils se présentent, a déclaré Mme L’Olivier. Cependant, quelques règles de base dans une société hautement laïque comme celle de la Belgique sont que les élèves musulmans ne peuvent pas porter le voile dans les locaux ou prendre un jour de congé pour la célébration de l’Aïd islamique – des politiques qui peuvent sembler insensibles aux sensibilités américaines mais qui n’ont pas fait sourciller les parents des élèves musulmans de Matteo Ricci qui connaissent depuis longtemps l’option préférentielle de l’Europe en matière de laïcité.

Dans une vie institutionnelle antérieure, le bâtiment de l’école abritait l’école juive Maïmonide. Aujourd’hui, les symboles et équipements juifs qui subsistent abondent dans l’école, des lavabos de la salle de déjeuner pour le nettoyage rituel à la menora d’Hanoukka laissée dans la cuisine de l’école. Le conseil d’administration a décidé de conserver la plupart de ces symboles, y compris les salles de classe portant des noms hébreux. Lorsque les parents ou les enfants demandent pourquoi l’étoile de David est la première chose que l’on voit en entrant dans l’école, le personnel répond qu’elle fait tout simplement partie de l’héritage de l’école.

L’objectif avoué de Matteo Ricci de servir les communautés d’immigrants – son homonyme, Matteo Ricci sj, est après tout connu pour son travail interculturel dans la Chine du XVIe siècle – n’est pas sa seule voie audacieuse. Mme L’Olivier a l’intention d’utiliser l’école comme une plateforme d’innovation pédagogique. « Cela fait dix ans que je rêve de faire les choses différemment », a-t-elle déclaré. Maintenant, elle a une chance. Des temps de méditation réguliers, des ateliers créatifs, des cours dirigés par deux enseignants à la fois et une participation active des élèves à l’élaboration des règles de l’école feront partie des initiatives expérimentales de Matteo Ricci, a-t-elle déclaré.

M. Deneef reconnaît que les jésuites en Europe ont été plus lents à se concentrer sur les communautés mal desservies par rapport aux efforts éducatifs déjà matures en Amérique du Nord et du Sud comme les réseaux Fe y Alegria et Cristo Rey, mais il est confiant que des projets similaires se développeront en Europe, répondant aux besoins locaux. Une poignée d’autres écoles jésuites similaires sont déjà en cours de création dans d’autres régions de Belgique et en France, a-t-il déclaré.

« La montée des communautés d’immigrés, mais surtout des communautés musulmanes, nous fait réfléchir à la manière dont nous pouvons faire en sorte que les habitants d’une même ville continuent à communiquer entre eux », a déclaré M. Deneef. « Tout le monde sait que cela commence par une école ».