06/10/2020
Amérique latine – Neuf moments de la Neuvaine à Saint Ignace

Image1

Du 23 au 31 juillet dernier s’est tenue une neuvaine à saint Ignace de Loyola, à l’initiative de l’Union des Anciens des Jésuites d’Amériques Latines et des Caraïbes (UASIALAC), afin de prier pour la fin de la pandémie et les victimes qu’elle a engendrées.

Pendant neuf jours, ils ont invité le monde entier à se réunir à 19h30 (UTC -5), et ce jusqu’à la fête patronale de notre grand saint, pour prier ensemble pour les souffrances du monde entier, dues à la maladie du Coronavirus. Chaque jour, un pays différent membre de l’UASIALAC, en commençant par la Colombie – à l’origine de cette initiative –, prenait en main la neuvaine, en suivant les textes recueillis par le théologat interprovincial jésuite « San Pedro Fabro » de Santiago du Chili, eux-mêmes illustrant les méditations et la biographie de saint Ignace. Par exemple, le 4ème jour, le Venezuela s’occupait de présenter le moment où Ignace de Loyola était à Manrèse et où il a développé les Exercices spirituels. Le supérieur général, Arturo Soza, Vénézuélien, s’était joint ce jour-là pour apporter son expérience philosophique, théologique et spirituelle et expliquer comment le « Magis » s’est formé.

Plus que jamais, en ces temps difficiles de pandémie, où personne n’est épargné, ce genre d’initiative permet non seulement de redécouvrir celui qui n’hésitait pas à aller au-devant du danger en totale confiance, mais aussi à donner les clés à chacun – peu importe son parcours ou sa sensibilité – de trouver la clé qui permet de vivre aujourd’hui à la manière de Jésus : en tout aimer et servir.

Neuf Moments de la Neuvaine à Saint Ignace
  1. « Nous sommes tous dans le même bateau. » a déclaré S.S. le pape François au mois de mars ; mais la navigation devient parfois difficile en raison de l’incertitude, des difficultés économiques et professionnelles, de l’état de santé et de la cellule familiale. Cela nous rassemble spirituellement, et en le faisant et en « se réfugiant » dans les ressources électroniques dont nous jouissons, nous obtenons aussi une joyeuse compagnie avec des amis, des disciples, des enseignants et des guides spirituels. Au milieu de cette magie qui nous rassemble, nous recevons maintenant, au nom de notre père conciliaire, le père José Nevado S.J., le texte de la neuvaine de Saint Ignace, magnifiquement documenté et illustré, créé au théologat jésuite de Santiago du Chili.
  1. La Tempête qui nous renverse. Tout comme lorsque nous vivons les Exercices Spirituels et que nous trouvons ce Moi intérieur qui nous retourne trois fois, nous abat et nous tend la main pour nous relever, nous pensons : « Si nous avons un texte de référence, pourquoi ne pas le vivre ? », commençant ainsi une aventure contre la montre pour commencer à revivre les enseignements de Saint Ignace en 9 jours.
  1. « Parce qu’on marche, on trace un parcours ; on trace son chemin quand on marche ». Comme le Pèlerin qui quitta Manrèse pour Jérusalem et revint en Europe, rencontrant les gens et rassemblant son « équipe de travail » en chemin, un an après sa création au Panama, l’UASIALAC avait travaillé dans les divers axes fonctionnels qu’elle avait dessinés ; mais la timidité et le manque de maturité ne permettaient pas d’agir avant qu’un stimulus commun ne soit trouvé au sein de l’équipe et que chacun d’entre nous ne prenne un rôle de leader vers un objectif commun. C’est alors qu’en entrant dans la philosophie du texte que le Père Nevado nous a partagé, nous avons désigné un pays ou des pays contigus pour nous diriger, comme l’avait probablement prévu le stratège militaire Loyola.
  1. « Aide extérieure ». L’ambiance étant chaque jour plus intense et stimulée par l’arrivée de nouveaux assistants, des prêtres tels que les pères Rolando du Nicaragua, Ignacio du Guatemala, Eduardo du Panama, Roberto de Colombie, le supérieur général, le père Arturo du Venezuela et le cardinal Pedro Barreto du Pérou, (ancien étudiant jésuite) se sont également joints à l’opération. Avec leur expérience théologique, philosophique et spirituelle, ils nous ont aidé à nous focaliser sur des idées et des concepts permettant de mieux « comprendre » comment le Saint s’est « façonné » et comment le modèle, le Magis, s’est formé.
  1. Famille ignatienne d’Amérique latine. Nous ne sommes pas seuls, nous vivons pour et par les autres. Nous étions les représentants de 13 pays, de différentes associations d’écoles de chaque nation, ainsi que de celles situées en dehors de leur pays (en Amérique du Nord). Il était également agréable de voir la présence et la participation de nos parents et de nos enfants, de certains professeurs qui nous ont éduqués, de mères de « Fe y Alegria » et même d’anciens étudiants universitaires.
  1. « Voir toutes choses nouvelles en Christ ». C’est la devise avec laquelle l’Année ignatienne commence en mai 2021. Cette neuvaine sert de pont pour commencer à réfléchir et à vivre cet appel à s’inspirer du Pèlerin, puisque, en tant qu’héritiers de ce charisme et responsables actuels de sa validité en ce temps que nous vivons, nous sommes appelés à être des leaders dans nos communautés, comme le Père Supérieur Général Arturo Sosa S.J. nous y invite.
  1. À la plus grande gloire de Dieu. Nous vivons une expérience avec humilité, avec simplicité. Pour ce faire, il n’a pas été nécessaire de disposer d’un quelconque capital économique. Le seul capital requis était la volonté. Nous sommes arrivés cette année sans être préparés à faire face à une pandémie, un ennemi étrange, c’est pourquoi il n’y a pas non plus d’ordre du jour à organiser. Ce qui est précieux, c’est le désir de faire quelque chose, de penser aux autres, de servir ; ce que nous portons en nous, c’est ce qui nous fait bouger, et nous devons en profiter. C’est un bel enseignement que de penser à de nouveaux défis qui nous unissent et dont nous pouvons tirer parti, en pensant toujours aux autres.
  1. « Mais Dieu nous fournit de nouveaux amis… Il ne le fera plus seul mais avec d’autres : des amis dans le Seigneur ». Réflexion que nous trouvons dans la Neuvaine. De nouveaux amis comme ceux que nous avons rencontrés pendant ces 9 jours. L’Union latino-américaine s’est renforcée avec ces nouveaux visages et ceux déjà connus.
  1. « Ite Inflammate Omnia », « Allez, et mettez le feu au monde ». C’était le message de Saint Ignace à Saint François Xavier. Nous sommes le feu, nous sommes la lumière, nous devons illuminer le monde. Vivre cette Neuvaine devrait ouvrir nos esprits et nos cœurs pour transformer le monde. Quelle est la suite ? Quels cœurs allons-nous éclairer ?