15/11/2022
Notre expérience au congrès de WUJA à Barcelone

Témoignage à propos du congrès de Barcelone par un groupe d’anciens élèves portugais

Au début de cette année, l’Association a présenté à l’aile jeunesse une proposition plutôt irrésistible. Un voyage à Barcelone, au nom de notre Association, afin de rencontrer des autres personnes des écoles et universités jésuites  du monde  entier, de partager la réalité de notre association et de comprendre comment d’autres associations fonctionnent dans le reste du monde. Naturellement, notre réponse a été « Oui ». Nous avons commencé à nous occuper de toute la logistique, des vols, des sacs, des enregistrements, de tout ! Le 12 juillet serait le jour du départ du Portugal.

Chaque fois que nous nous lançons tête baissée dans quelque chose, nous créons des attentes, à la fin, nous sommes confrontés à la réalité. Dans cette perspective, nous avons décidé que ce texte traiterait de cela, une comparaison entre ces deux dimensions, afin de comprendre, avec les anciens étudiants qui vont lire ce texte, si notre participation à WUJA a dépassé les expectatives ou pas.

WUJA nous a permis de faire l’expérience de trois dimensions que nous considérons comme les trois principaux objectifs de cette conférence : la dimension sociale (networking), la dimension professionnelle (conférences et ateliers) et la dimension récréative (activités).

En ce qui concerne la dimension sociale, nous nous attendions à trouver une communauté plus âgée , car l’idée générale des associations d’anciens élèves est qu’il s’agit d’une communauté plus fréquentée par des personnes assez âgées pouvant  être nos parents ou grands-parents (étant donné que nous avons une vingtaine d’années). De plus, nous ne nous attendions pas à trouver une grande variété de nationalités, nous nous attendions à trouver une communauté principalement européenne et quelques autres de différents continents.

Notre motivation était de rencontrer le plus grand nombre, quel que soit leur âge ou leur pays. Quand nous sommes arrivés, nous avons réalisé que nous avions à la fois raison et tort. Faux parce que le nombre d’anciens élèves était très élevé, environ 70 anciens élèves de l’aile des jeunes du monde entier. Nous avons ressenti un énorme esprit de dévouement, le désir de le faire, et quelque chose qui nous a beaucoup marqués était le bagage que chaque personne apportait avec elle, les histoires, les contextes, les conversations et la variété des nationalités que nous avons rencontrées, des Indonésiens aux Américains, en passant par les Indiens, les Congolais et bien d’autres nationalités. Tout cela a largement dépassé nos attentes.

Oui, parce que la communauté plus âgée était spectaculairement bien représentée, très ouverte au dialogue et au partage de ses expériences, ce qui a contribué à dépasser les attentes à ce niveau.

Les attentes concernant les conférences étaient faibles, nous pensions qu’elles seraient intéressantes, même si elles ne nous diraient rien de nouveau. Nous étions cependant curieux de voir comment la traduction en temps réel fonctionnerait. En ce qui concerne les ateliers, l’idée avec laquelle nous y sommes allés était que nous serions divisés en petits groupes (4/5 personnes) et que nous développerions un sujet et présenterions des solutions.

La réalité vécue dans la dimension professionnelle était meilleure que prévu, c’est-à-dire que les sujets des conférences étaient très bien choisis et les intervenants captivants. Nous avons toutefois remarqué que de nombreux membres de la communauté jeunesse, bien qu’ils aient trouvé les sujets pertinents, ont fait ne pas les trouver entièrement intéressants pour nos âges. Un exemple de ceci est le fait qu’il y a peu de jeunes qui ont déjà eu des contacts avec le monde professionnel, ou qui ont déjà développé des projets plus importants, avec cela, certaines conférences, bien qu’ayant permis la clarification de certains doutes dans ce thème, n’étaient pas pleinement éducatives, car il y avait peu de contact avec cette même réalité.

En ce qui concerne la traduction en temps réel, de manière très simplifiée. Les intervenants lors de sa conférence parlaient la langue qui leur convenait le mieux, l’audience choisissait d’écouter la langue originale ou de demander des écouteurs qui traduisent ce qui se disait en temps réel au casque. Cette énorme avancée technologique nous a surpris et est un point extrêmement fort de WUJA, car certains participants auraient du mal à suivre non seulement les conversations, mais aussi les conférences.

De plus, et en laissant les conseils à nos amis en Indonésie, les thèmes des jeunes ne sont pas toujours les mêmes que les thèmes pour  les anciens élèves plus âgés.  Il s’agit d’entrer sur le marché du travail pour la première fois, de savoir comment agir dans certaines situations de pauvreté, ce que  les  jeunes sont censés faire. Ce sont des sujets que nous avons fini par discuter entre nous, mais que nous pensons pertinents dans le contexte d’une conférence.

Après avoir assisté aux conférences, chaque participant s’est rendu sur le lieu de l’atelier sur le sujet choisi (thème qui correspondait à l’une des conférences entendues le matin du même jour), ils ont indiqué une salle, où se trouvaient environ 20 autres anciens i, qui ont choisi le même thème. L’atelier a été animé par un bénévole du congrès et par un porte-parole qui a présenté les sujets à discuter et a pris note des conclusions tirées. Comme mentionné précédemment, l’atelier a consisté à résoudre des questions / problèmes contemporains liés aux thèmes des conférences (Ex: Écologie, Migration, Technologie, Rôle des femmes, …), où les 20 personnes présentes dans la salle ont donné des opinions personnelles et des solutions aux problèmes. Cela a créé un environnement favorable au brainstorming, à la résolution de problèmes mondiaux, au réseautage et à la socialisation.

Enfin, sur la dimension récréative. Très honnêtement, cette dimension était celle que nous attendions avec le plus d’impatience . Nous devions aller à la plage, faire du sport, visiter Barcelone, voir la Sagrada Familia, dîner ensemble, …

La vérité est que les moments de convivialité ont été ceux qui ont permis de créer des liens avec tout le monde, et notre stratégie était de rencontrer beaucoup de gens et de faire non seulement de bons contacts, mais aussi de bons amis, les activités ont aidé à cela, ont fourni de bonnes conversations, beaucoup de rires, de la compétition (saine, bien sûr) et nous ont aidés à comprendre ce qui doit être fait,  Nous n’avons qu’à comprendre le « comment ». Un jour, nous avons eu un tournoi sportif, nous avons joué au basket-ball, au volley-ball et au football, dès que les balles ont commencé à se frayer un chemin à travers les différents terrains, les esprits se sont remontés, il n’y avait plus de soucis, il n’y avait que nous et un ballon, tous ramant dans la même direction et le faisant en équipe. Le sport était très important pour créer un esprit de camaraderie et de travail d’équipe. Il en va de même pour les moments sociaux, les dîners et les sorties en soirée. Tout cela a permis de réunir diverses pièces de ce grand puzzle que possède la communauté des anciens élèves jésuites. Il est toujours agréable et relaxant d’aller boire un verre avec des gens prêts à parler, à passer un bon moment et, après quelques discussions, à reconnaître que Cristiano Ronaldo est le meilleur football joueur dans le monde. Les visites du quartier gothique et de la Sagrada Familia ont été très épuisantes mais,  encore une fois,  ont permis des conversations importantes, profondes, drôles, captivantes, etc.

La question qui demeure est la suivante: que retenons-nous d’ici?

Nous enlevons les conversations, nous enlevons les voyages dans les cañas, nous emportons de nouvelles amitiés, nous enlevons beaucoup de contacts, nous enlevons la motivation  , l’enthousiasme et la volonté de toujours faire mieux, de donner notre MAGIS (le jeu de mot était intentionnel, en 2023 Lisbonne organisera MAGIS23).

Nous apportons également de l’ambition et le courage de faire mieux pour notre association ainsi que pour WUJA. Nous apportons un grand désir de découvrir et de faire en sorte que « cela » se produise.  Nous sommes l’avenir de cette grande union mondiale régie par les mêmes principes, les principes ignatiens.  En fait, nous emportons avec nous de très grandes attentes pour le prochain congrès, qui se tiendra en Indonésie en 2025.

 

Francisco Seabra – Margarida Farelo – Diogo Sousa
Associação dos Antigos Alunos do Colégio S. João de Brito (Portugal)